Issues du soulèvement des terrains environnants,

les montagnes forment, pour ainsi dire, la colonne vertébrale de la planète, et constituent de vastes espaces nés de l’activité tectonique. 

Bien qu’elles représentent tout juste 25 % de la surface de la Terre, les montagnes abritent plus de 85 % des espèces d’amphibiens, d’oiseaux et de mammifères du monde. Nombre d’entre eux ne se retrouvent nulle part ailleurs.

Partons à la découverte de cette biodiversité et parcourons les différents niveaux trophiques, permettant de déterminer la place occupée par un animal dans la chaîne alimentaire.

Bravo, vous avez exploré la région de l'Hindou-Kouch-Himalaya !

Nous espérons que ce périple aura mis en évidence l’importance de chaque plante et animal pour le maintien de cet écosystème fragile.  

La région de l’Hindou-Kouch-Himalaya ne dispose pas seulement d’une riche biodiversité ; elle est également vitale à la santé et au bien-être humain et animal.

L’Hindou-Kouch assure la subsistance d’environ 200 millions de personnes et ses systèmes hydrographiques considérables fournissent près d’un cinquième de la population mondiale en eau !

Malgré l’importance de cette chaîne montagneuse à l’échelle mondiale, le changement climatique entraîne la retraite des glaciers, la fonte du pergélisol, et des précipitations extrêmes qui menacent de dégrader cet écosystème de montagne déjà fragile. 

Qui plus est, le tourisme non durable, les conflits humains et l’urbanisation exacerbent encore un peu plus le problème, ce qui aura de graves répercussions sur la population mondiale de tigres.

Vous pouvez aider à inverser la tendance !

Fort heureusement, des efforts pour protéger cette chaîne de montagnes unique sont entrepris. À titre d’exemple, les acteurs du programme Vanishing Treasures (Trésors en voie de disparition) du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) travaillent de concert avec les autorités publiques et les communautés locales au Bhoutan afin de favoriser la cohabitation entre les populations humaines et les tigres, aujourd’hui et demain. Si vous souhaitez en savoir plus sur les missions du PNUE visant à mieux protéger les tigres et soutenir les communautés locales au Bhoutan, nous vous invitons à consulter la note d’information Species and Climate Change Brief (Faune et changement climatique) portant sur le tigre royal du Bengale, publiée par le programme Vanishing Treasures.

Vous pouvez contribuer à la conservation de la région de l’Hindou-Kouch-Himalaya de différentes façons :

  • Encouragez vos amis et votre famille à adopter un mode de vie plus écologique qui protège l’environnement contre de nouvelles dégradations ;

  • Faites pression auprès de votre gouvernement afin qu’il adopte des politiques qui atténuent les effets du changement climatique ;

  • Faites un don aux organisations œuvrant à la protection et à la conservation de la région ;

  • Favorisez l’écotourisme lorsque vous voyagez. 

  • 2
  • /

Le chamois s’apparente à un croisement entre une chèvre et une antilope ; il possède des cornes courtes se terminant en crochet.

Savez-vous jusqu’à quel âge peut vivre un chamois ?

Une vingtaine d’années

Les chamois peuvent vivre une vingtaine d’années, environ 3 à 5 ans de plus que les chèvres domestiques. Leur peau était couramment utilisée dans le cadre de la production de cuir, bien que le cuir chamoisé provienne désormais des chèvres ou des moutons. Bien qu’ils ne constituent pas une espèce menacée, les chamois sont protégés par la loi. Il s’agit là d’un véritable exemple de préservation proactive.

  • 3
  • /

Les gorilles ne sont pas les seuls primates attachants vivant dans les montagnes des Virunga.  

Le singe doré est un animal extrêmement sociable qui aime se gaver de bambou.  

Savez-vous combien de temps une femelle singe doré attend pour s’accoupler après avoir mis bas ?  

Deux ans  

Les femelles singes dorés prennent particulièrement soin de leur bébé durant les premiers mois de leur vie. Elles n’auront ainsi pas d’autre petit pendant deux ans. Ce délai rend dès lors l’espèce plus exposée à un risque de déclin en raison de menaces diverses telles que la production de charbon ou le défrichement des terres à des fins agricoles.  

  • 1
  • /

Entre environ 800 et 1 100 mètres d’altitude, la flore du Tian Shan appartient au genre Artemisia (absinthe). 

Connaissez-vous les différents usages de l’absinthe ?

Boissons alcoolisées 

La plante est utilisée dans la production d’une boisson appelée absinthe. Cette boisson, hautement alcoolisée, est un mélange de plantes telles que les fleurs et les feuilles de l’Artemisia, mais également l’anis et le fenouil. L’Artemisia est également parfois utilisée comme plante médicinale, notamment pour le traitement des troubles digestifs.

Dernière grande zone sauvage d’Europe, les Carpates s’étendent sur pas moins de 7 pays : la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie, l’Ukraine, la Hongrie, la Roumanie et la Serbie.

Les fleuves du Danube et de la Vistule puisent leur eau dans ces montagnes, où les précipitations peuvent être deux fois plus élevées que dans les régions environnantes. Ces précipitations fournissent à la Roumanie et à l’Ukraine respectivement 80 et 40 % de leurs ressources en eau. Elles créent également un environnement luxuriant propice à la prolifération de nombreuses espèces sauvages.

Les carnivores sont rois dans ces montagnes jeunes : les Carpates abritent en effet la moitié des ours, loups et lynx du continent.

Promenons-nous dans ce vivier de la biodiversité et intéressons-nous aux espèces qu’il abrite.

Connue sous le nom de « château d’eau du monde », la région de l’Hindou-Kouch, nichée dans les montagnes himalayennes, donne naissance à dix des plus grands fleuves d’Asie, et abrite les quantités de glace et de neige les plus importantes dans le monde après l’Arctique et l’Antarctique.

Elle s’étend en Asie centrale et du Sud, et couvre partiellement l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bhoutan, la Chine, l’Inde, Myanmar, le Népal et le Pakistan.

La région répond aux besoins de 1,3 milliard de personnes (et de nombreuses espèces sauvages) en matière d’approvisionnement en eau potable, d’irrigation, d’énergie, d’industrie et de soins de santé.

Découvrons les espèces qui rendent la région de l'Hindou-Kouch-Himalaya si unique.

  • 3
  • /

Nous avons déjà mentionné que les Carpates sont le royaume des carnivores, n’est-ce pas ?

Les loups ne font pas exception et ont marqué leur territoire.

En Pologne, de quelle étendue une meute de loups a-t-elle besoin en moyenne, selon vous ?

250  km2

Les loups ont besoin d’un vaste espace pour rôder et pour se reproduire. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils n’apprécient guère que les communautés humaines empiètent sur leur territoire. Déjà victimes de la dégradation de leur habitat, les loups sont également perçus comme un danger pour les humains et le bétail, et, à ce titre, menacés par la surchasse. Si les livres d’enfants présentent le loup sous des traits peu reluisants, cette espèce est en réalité importante pour la stabilisation des populations proies, empêchant ainsi le surpâturage.

  • 2
  • /

Quel herbivore vivant dans la région himalayenne est convoité par les chasseurs pour son utilisation dans l’industrie du parfum ?

Le chevrotain porte-musc

Les mâles d’une espèce indigène de cerf, le chevrotain porte-musc, disposent d’un pouvoir étonnant : ils possèdent une glande qui dégage une forte odeur appelée « musc », utilisée pour marquer leur territoire et attirer les femelles. Ce pouvoir a toutefois un prix : ces cerfs sont chassés pour leur musc, lequel est utilisé pour la fabrication de certains parfums et médicaments.

  • 2
  • /

L’argali est le plus grand mouton sauvage existant sur Terre. Il est connu pour ses cornes spiralées en forme de tire-bouchon.

Selon vous, quel pourcentage de leur poids total représentent leurs cornes ?

13% 

Les argalis mâles utilisent leurs cornes imposantes, pouvant représenter jusqu’à 13 % de leur poids total, pour se battre avec d’autres mâles et conquérir des femelles. Ils ne les utilisent que rarement pour se défendre contre des prédateurs. Les cornes de l’argali sont souvent convoitées par les chasseurs de trophées.

Constituées de volcans en activité et de sommets enneigés, les montagnes du parc national des Virunga en Afrique de l’Est sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, figurant parmi les sites les plus sauvages (et les plus menacés) de la Terre.  

Situés à l’est de la République démocratique du Congo, les Virunga sont le premier parc national d’Afrique et la zone protégée abritant la plus grande biodiversité du continent.  

La région comprend un nombre impressionnant d’animaux sauvages, dont : 

  • 218  espèces de mammifères ; 
  • 706  espèces d’oiseaux ; 
  • 109  espèces de reptiles ; 
  • 78  espèces d’amphibiens ; et 
  • 22  espèces de primates. 

Découvrons quelques-unes des espèces uniques et rares de la région. 

Merci d’avoir visité avec nous les montagnes des Virunga !

Vous avez été témoins de la biodiversité abondante des Virunga. 

Toute la faune et la flore des Virunga, qu’il s’agisse de plantes, d’herbivores ou de carnivores, joue un rôle crucial dans le maintien d’un écosystème sain et équilibré. 

Il existe une corrélation directe entre la santé de cet écosystème unique et le bien-être des communautés humaines,  

et plus particulièrement des 4 millions d’individus vivant à moins d’un jour de marche des pourtours de la montagne. 

Les Virunga et ses ressources naturelles offrent des débouchés économiques : agriculture durable, pêche, tourisme ou encore énergie hydraulique. 

La pandémie de COVID-19 qui sévit actuellement a mis en lumière la grande dépendance de l’écotourisme pour la préservation des gorilles. L’organisme gouvernemental Uganda Wildlife Authority a ainsi perdu 35 millions de dollars US de revenus en raison de la baisse du tourisme lié aux gorilles de montagne. Cette situation a également des incidences sur les communautés locales : réduction des ressources destinées à la préservation des zones protégées et aux activités touristiques, mais aussi augmentation du risque de pratiques illégales par les membres des communautés (braconnage ou extraction de bois d’œuvre, de bois de chauffage, de bambou, etc.).  

Les conflits armés en cours, la dégradation des forêts, l’augmentation du braconnage et l’empiètement sur les terres menacent de rompre l’équilibre fragile des montagnes des Virunga. 

Mais tout n’est pas perdu ! 

Les acteurs du programme Vanishing Treasures du PNUE collaborent avec les autorités publiques et les communautés locales des montagnes des Virunga en Ouganda et au Rwanda afin de favoriser la cohabitation entre les populations humaines et les gorilles de montagne, aujourd’hui et demain. L’action menée dans la région par le PNUE est dirigée par le Partenariat pour la survie des grands singes (GRASP) lancé en 2001 pour garantir la survie à long terme des gorilles, chimpanzés, bonobos et orangs-outans, ainsi que la préservation de leur habitat en Afrique et en Asie. Le GRASP constitue une alliance unique entre les gouvernements nationaux, les instituts de recherche, les organismes des Nations Unies, les organisations de protection de la nature et les acteurs du secteur privé. Si vous souhaitez en savoir plus sur les missions du PNUE visant à mieux protéger les gorilles de montagne et soutenir les communautés locales dans les montagnes des Virunga, nous vous invitons à consulter la note d’information Species and Climate Change Brief (Faune et changement climatique) portant sur cette espèce, publiée par le programme Vanishing Treasures. 

Vous pouvez participer aux efforts de préservation de la biodiversité des Virunga de différentes façons : 

  • Faites un don aux organisations participant à la protection des montagnes des Virunga ; 
  • Informez-vous sur les moyens d’aider les gardes forestiers dans la protection des Virunga contre les interactions humaines et les différentes formes de violence ; 
  • Louez les atouts des Virunga auprès de vos amis et de vos proches, et impliquez-les dans la protection de la montagne ; 
  • Appliquez le principe cardinal de l’écotourisme, en ne laissant aucune trace lors de votre passage dans la région.  

 

  • 1
  • /

Le changement climatique provoque la fonte des glaciers de la région et une nouvelle flore vient peupler les sols autrefois gelés. 

Parmi ces nouvelles espèces figure une plante appelée Delphinium glaciale. ​

Connaissez-vous l’usage local du jus de la Delphinium ?

Lutte contre les tiques du bétail

La Delphinium glaciale produit un jus parfumé efficace contre les tiques du bétail. La plante possède une forme aérodynamique qui l’aide à se protéger contre les vents violents de la région, une adaptation qui illustre les répercussions du changement climatique induit par l’être humain sur la faune. 

  • 1
  • /

En bas de la chaîne alimentaire se trouve une plante à fleurs appelée bambou. 

Vous avez certainement déjà vu des produits fabriqués en bambou imitant l’effet du bois. 

Mais saviez-vous qu’il s’agit également d’un aliment consommé par l’une des espèces les plus rares des Virunga ? 

Voyons si vous pouvez deviner laquelle ! 

Le gorille de montagne 

Pendant la saison de floraison, le bambou fait partie intégrante du régime alimentaire des jeunes gorilles de montagne, une espèce existant uniquement dans les Virunga. Alors que le bambou fait l’objet de récoltes occasionnelles de la part des populations déplacées à la suite de conflits au Congo, les Virunga ont lancé un projet de réhabilitation en 2018 mobilisant la communauté autour de la plantation du bambou et de la préservation de son milieu naturel. 

  • 3
  • /

Vrai ou faux :

La panthère des neiges ne peut pas rugir comme les autres grands félins. 

C’est vrai !

Contrairement aux autres grands félins, la panthère des neiges n’est pas capable de rugir, mais c’est n’est pas parce qu’elle aime rester silencieuse. La physiologie de sa gorge lui permet de ronronner, de miauler, de siffler, et de grogner, elle a donc l’embarras du choix. Menacé par la dégradation de son habitat et par le braconnage, ce félin fascinant est extrêmement rare avec une population réduite à environ 4 000 espèces à l’état sauvage.

Le Tian Shan est un ensemble de chaînes de montagnes d’Asie centrale également connu sous le nom évocateur de Tengri Tagh ou Tengir-Too : la « montagne céleste ».

Il s’étend principalement entre la Chine et le Kirghizistan, en recouvrant une petite partie du Kazakhstan. 

Ses magnifiques affleurements, impénétrables glaciers et innombrables cours d’eau abritent une faune et une flore abondantes.

Regardons d’un peu plus près la chaîne alimentaire de la région.

Merci d’avoir visité les Carpates avec nous !

Vous venez de découvrir l’une des zones les plus sauvages d’Europe.

Les chaînes de montagnes, telles que les Carpates, nous montrent comment les espèces d’un écosystème développent des synergies uniques permettant le maintien du cycle de la vie. 

De la graine microscopique à l’ours géant, chaque organisme,mort ou vivant, fait partie d’un ensemble bien plus grand et extrêmement complexe.

Et nous faisons également partie de cet ensemble !

En effet, tous les écosystèmes montagneux, à l’instar des Carpates, offrent aux communautés humaines un éventail de ressources inestimables.

Outre sa richesse aquifère, vue précédemment, l’imposante chaîne des Carpates est également un réservoir de blé, de seigle, d’avoine et de pommes de terre destinés à l’alimentation, mais aussi de gaz naturel approvisionnant les communautés locales. 

Alors que les Carpates sont d’un apport incommensurable pour les êtres humains, elles se voient menacées par la pollution, le développement non durable, la surchasse, la déforestation ainsi que la fragmentation et la dégradation de l’habitat des espèces.

Il est toutefois possible d’inverser la tendance. 

Nombre d’organisations, de gouvernements, d’entreprises et d’individus travaillent sans relâche pour protéger ce haut lieu de la biodiversité européenne. Vous pouvez vous joindre à eux !

La Convention-cadre sur la protection et le développement durable des Carpates s’inscrit dans le cadre des initiatives déployées. Elle fournit un cadre de coopération et de gouvernance pour garantir la protection et le développement durable de toute la région des Carpates. Ratifié en 2003, ce partenariat unique en son genre réunit sept pays (la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie et l’Ukraine) et les parties prenantes de la région autour d’une vision commune :

  • l’amélioration de la qualité de vie ;

  • le renforcement des économies et des communautés locales ; et

  • la conservation des ressources naturelles et de l’héritage culturel.

Vous pouvez participer aux efforts actuels de préservation de la biodiversité des Carpates de différentes façons :

  • Faites un don aux organisations participant à la protection de la chaîne des Carpates ;

  • Soutenez l’écotourisme local si vous participez à des voyages organisés écoresponsables (n’hésitez pas à vous renseigner à ce sujet) ; 

  • Dénoncez les projets de développement non durable qui menacent la biodiversité ;

  • Optez pour des produits en papier dont la production n’a pas contribué à la déforestation, en provenance d’arbres plantés de façon durable ou d’une source non forestière.

  • 3
  • /

Bien que menacés dans le monde entier, les tigres sont néanmoins présents aux quatre coins du globe. 

Mise à part la région himalayenne, où peut-on trouver des tigres sauvages ?

En Indonésie

Les tigres sont répartis dans de nombreux pays dont la Russie, la Chine, l’Inde, le Bangladesh, le Népal, le Bhoutan, Myanmar, le Laos, le Cambodge, le Vietnam, la Malaisie et, vous l’aurez deviné, l’Indonésie ! L’Indonésie abrite la plus petite sous-espèce de tigre, appelée tigre de Sumatra. Vous pourrez en apprendre davantage sur la biodiversité fascinante qui peuple le milieu naturel du tigre de Sumatra, à savoir l’écosystème de Leuser, en arpentant ses forêts sur la plateforme #WildforLife.

  • 2
  • /

Vous avez déjà aperçu les gorilles de montagnes et vous en savez un peu plus sur leur alimentation !  

Selon vous, combien de kilos de plantes un gorille de montagne mâle ingère-t-il par jour ? 

34

Les gorilles de montagne mâles atteignent, à l’âge adulte, un poids moyen de 195 kilos et peuvent avaler jusqu’à 34 kilos de végétaux par jour ! Ce primate, souvent considéré comme l’espèce la plus remarquable des Virunga, est menacé par la dégradation de son habitat en raison de la production de charbon et d’occupations des sols illégales. Il est également sujet à des maladies humaines comme la COVID-19.  

  • 1
  • /

L’abondance en eau fait des Carpates l’habitat idéal des plantes, nos meilleures alliées pour la production d’oxygène.

Quel part de la flore européenne peut-on trouver dans ces montagnes ?

30% 

Les Carpates abritent un tiers des espèces végétales d’Europe. L’isolement géographique créé par les montagnes est à l’origine de nombreuses espèces endémiques, c’est-à-dire des espèces uniques au monde et caractéristiques de ce territoire. L’une d’elles est l’aconit, une sous-espèce de plante vénéneuse utilisée pour empoisonner la pointe des flèches.

Merci d’avoir visité la chaîne de montagnes du Tian Shan avec nous !

Vous avez parcouru l’une des chaînes de montagnes les plus vastes au monde.  

Des producteurs au bas de la chaîne alimentaire aux carnivores en haut de la chaîne, chaque acteur de l’écosystème montagneux évolue en harmonie pour façonner un écosystème sain et équilibré.

Faisons preuve de reconnaissance !

L’équilibre du Tian Shan est, comme pour toutes les chaînes de montagnes, directement lié à la santé de nos propres communautés.

C’est particulièrement vrai pour les divers groupes ethniques de la région, notamment les Kirghizes et les Ouïghours, qui dépendent des ressources de la montagne pour la nourriture, l’eau, les matières premières et les moyens de subsistance.

Aujourd’hui, la plus grande menace pour le Tian Shan est la crise climatique. L’imprévisibilité des précipitations, les chutes de neige hors saison et la fonte du pergélisol augmentent les conflits entre les humains et la faune et compliquent davantage la vie des espèces sauvages et des communautés humaines de la région. 

Toutefois, des initiatives sont déployées pour protéger cet écosystème fragile ; vous pouvez y prendre part.

Les intervenants du programme Vanishing Treasures du PNUE collaborent avec les autorités publiques et les communautés locales du sud-ouest des montagnes du Tian Shan au Kirghizistan et au Tadjikistan afin de favoriser la cohabitation entre les populations humaines et les panthères des neiges, à court et à long terme. Si vous souhaitez en savoir plus sur les missions du PNUE visant à mieux protéger les panthères des neiges et soutenir les communautés locales en Asie centrale, nous vous invitons à consulter la note d’information Species and Climate Change Brief (Faune et changement climatique) portant sur cette espèce, publiée par le programme Vanishing Treasures.

Vous pouvez participer aux efforts actuels de préservation de la biodiversité du Tian Shan de différentes façons :

  • Faites un don aux organisations participant à la protection de la chaîne de montagnes du Tian Shan ;

  • Soutenez l’écotourisme local si vous participez à des voyages organisés écoresponsables. Vous pouvez consulter différents sites Web, notamment : https://tajwildlife.com/our-tours/ ;

  • Parlez à vos amis et votre famille de l’importance de lutter contre la crise climatique et encouragez vos dirigeants à agir.